Ligament croisé antérieur : à quand la reprise ?

Lu dans « L’équipe » du dimanche 2 mars 2003 : « ALLÉLUIA, Mary Pierce va bientôt rejouer ! Après seize mois d’errance, de Vail à Londres, de Paris à Bradenton via Munich, la Française semble avoir enfin consommé cette rupture des ligaments du genou gauche qui n’en finissait plus de gâcher sa vie depuis le tournoi de Linz, en octobre 2006. De rechute en complication, la grave blessure avait mué en douloureuse meurtrissure. »

pierce

Après une rupture du ligament croisé antérieur opérée, se pose la question des délais de reprise du sport. A l’origine, le délai de 6 mois est incompressible. En effet, après deux mois de rééducation intensive (5 fois/semaine), on passe à 3 fois/semaine pendant les deux mois suivants, puis 1 ou 2 fois/semaine jusqu’au sixième mois, date de la reprise. Ensuite, cela va dépendre du sport pratiqué : natation, vélo… pas de problème. Pour les sports collectifs, on attend huit à dix mois. Pour le ski, douze mois, du fait du bras de levier du ski qui crée une torsion importante du genou.

Cela va dépendre également de l’âge du patient : en dessous de 30 ans, la récupération du muscle se fait sans problème. En revanche, au-dessus de 30, c’est autre chose. Il faut « charger » beaucoup plus pour récupérer, ce qui implique des douleurs tendineuses beaucoup plus importantes. Si la rééducation est mal conduite, on peut facilement se retrouver avec des douleurs à la pointe de la rotule de type chondrite rotulienne (déséquilibre musculaire entre le vaste interne et le vaste externe).

Pour ma part, ayant été opéré en mai 2003 à l’âge de 41 ans, j’ai attendu 10 mois pour reprendre le squash malgré une rééducation bien conduite, et 13 à 14 mois pour ne plus rien ressentir…

En conclusion, il faut être patient ! Surtout, ne pas vouloir brûler les étapes de rééducation, respecter les douleurs et les délais.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.