Rupture du tendon d’Achille

Lu dans « Le Progrès » du jeudi 29 mai 2008 : « Olivier Milloud, le pilier international de Bourgoin, s’est sérieusement blessé ce mercredi matin au tendon d’Achille droit, probablement une rupture d’après le médecin du club Jean-Jacques Allagnat, qui pourrait l’éloigner des terrains durant six mois.[…] »

milloud

La rupture du tendon d’Achille, c’est la « plaie » des kinés! Pas que ce soit compliquée à rééduquer, mais le risque de récidive est tellement important qu’il faut à tout prix « cadrer » le patient afin qu’il comprenne et respecte les périodes sans appui, les périodes d’appuis progressifs et les délais de reprise au sport qui ne peut être inférieur à 6 mois. Il faut compter pratiquement une année pour reprendre la compétition!

Dans le cas d’une rupture, la chirurgie est obligatoire : deux méthodes sont possibles en fonction de l’état du tendon. Si la rupture est nette, il existe une technique percutanée avec un système de fils et de petits harpons (tel un fil et un hameçon que l’on passerait dans l’un des bouts du tendon et que l’on tirerait pour l’amener contre l’autre bout. Sinon, c’est la technique classique avec ouverture le long du tendon, dans le cas de tendon lacéré ou dans le cas de rupture diagnostiquée tardivement.

Ensuite, on reste sans appui pendant 6 semaines, le pied en équin afin d’éviter de tirer sur le tendon. Pendant les 6 semaines suivantes, je vous conseille de garder les cannes canadiennes pour éviter la boîterie.

La rééducation est très importante (voir également l’article sur la lésion du tendon d’Achille) : il faut mobiliser quotidiennement le tendon afin de la faire coulisser dans sa gaine en respectant la règle de non-douleur, allonger le muscle (les jumeaux et le soléaire), récupérer la mobilité de l’articulation de la cheville notamment en flexion dorsale. On va utiliser du laser, des ultrasons, des courants excito-moteurs, des massages, des étirements et une mise en charge progressive. Le vélo d’appartement est utile mais méfiez-vous du vélo en extérieur : le risque est de poser rapidement et fortement le pied au sol, c’est suffisant pour rompre la réparation.

Il faut compter pratiquement six mois pour espérer s’élever sur la pointe d’un seul pied sans aide! L’âge, également, sera prépondérant pour une reprise plus rapide. Pendant la convalescence, il faudra être très prudent : plonger dans l’eau du bord d’une piscine est suffisant pour récidiver, je l’ai vu!

Bon courage et patience…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.